logo

Les Concerts de Poche

Ateliers & concerts itinérants dans les zones rurales et les quartiers.

Description

Fondée en 2005 par la pianiste concertiste Gisèle MAGNAN, l’association Les Concerts de Poche œuvre quotidiennement au cœur des territoires ruraux et des quartiers, pour faire de l’excellence artistique un levier puissant d’insertion sociale. Elle permet aux populations les plus fragiles et isolées de reprendre confiance, de s’épanouir individuellement et collectivement grâce à l’expérience de la musique classique à son plus haut niveau.

À la demande des territoires, Les Concerts de Poche impliquent les habitants (rencontrés dans les structures scolaires, sociales, médicales, carcérales ou culturelles) dans des ateliers musicaux fédérateurs et participatifs, fondés sur la création et la pratique collective. À l’issue de ces ateliers, l’association organise des concerts conviviaux dans des lieux de proximité (salle des fêtes, maisons de quartiers…), avec de grands interprètes de la musique classique, lyrique et jazz (Natalie DESSAY, Jonathan FOURNEL, Augustin DUMAY, Henri DEMARQUETTE, Trio METRAL, Quatuor MODIGLIANI…)

Reconnue d’utilité publique, l'association dispose de l’agrément entreprise solidaire d’utilité sociale, est labellisée La France s’Engage (label présidentiel qui distingue les initiatives innovantes au service de la société), conventionnée par le Ministère de la Culture, le Ministère de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et le Ministère de la Cohésion des territoires.

Chiffres clés

2000

ateliers musicaux organisés chaque saison

125

concerts organisés chaque saison

360

villages ou quartiers bénéficiaires

45000

participants aux ateliers et spectateurs en 2021

Découvrir en vidéo

Art & Culture
Reverser mon don
Je n'ai pas encore de carte Charitips

Création

2005

Réseaux sociaux

Découvrez d'autres associations dans :

Art & Culture
cover
logo

Cartooning for Peace

Promouvoir, par le langage universel du dessin de presse, la liberté d’expression, les droits humains et le respect mutuel entre des populations de différentes cultures ou croyances
Ce que nous sommes :Cartooning for Peace est un réseau international de dessinateurs de presse engagés qui combattent, avec humour, pour le respect des cultures et des libertés.Notre histoire :Cartooning for Peace est une association née d’un événement et d’une rencontre.Les réactions sanglantes à la publication des caricatures de Mahomet dans le journal danois, le Jyllands-Posten, le 30 septembre 2005 ont conduit à une rencontre fondatrice : le 16 octobre 2006, Kofi Annan, prix Nobel de la Paix et Secrétaire général des Nations Unies, et Plantu, journaliste et dessinateur au journal français Le Monde et L’Express, réunissent  douze dessinateurs internationaux autour d’un colloque «Désapprendre l’intolérance – dessiner pour la paix».– Notre engagement –Cartooning for Peace promeut les libertés fondamentales et la démocratie.L’association s’attache notamment à exercer la liberté d’expression telle qu’elle est définie dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme :« tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de diffuser au delà des frontières, les informations et les idées par tous moyens d’expression».– Nos valeurs –Cartooning for Peace s’attache au respect du pluralisme des cultures et des opinions. Dans les expositions, publications et rencontres organisées, nous sommes attentifs à montrer la diversité des points de vue des dessinateurs sur un même sujet.Cartooning for Peace combat les préjugés et le conformisme intellectuel. Face à l’extrémisme, nous dénonçons les outrances, nous nous moquons des fausses certitudes, controns les anathèmes et nous efforçons de démonter les impostures.Cartooning for Peace est respectueux dans l’irrespect. Nous ne cherchons pas à humilier  les croyances et les opinions. Nous contournons avec humour les interdits.Cartooning for Peace prend en compte le risque que le dessin publié sur Internet puisse apparaître hors de son contexte, en quelques secondes, aux quatre coins du globe. L’association est vigilante à ne pas faire du dessin de presse un facteur d’aggravation  des conflits.Convaincus que le dessinateur exprime souvent avant tout le monde et avec acuité les frémissements de la société qui feront l’actualité de demain, Cartooning for Peace s’efforce de faire émerger des débats dont nos sociétés n’ont pas forcément encore conscience.– Nos actions –Cartooning for Peace permet de faire dialoguer les dessinateurs entre eux et de confronter leurs différentes nuances idéologiques. Son réseau donne une visibilité et un appui à ceux qui sont empêchés d’exercer librement leur métier ou dont la liberté est menacée.Cartooning for Peace utilise la valeur pédagogique du dessin de presse pour dénoncer les intolérances. L’association donne la parole aux jeunes et les sensibilise aux grands problèmes de société.Cartooning for Peace rapproche le dessin de presse de son public. Nous suscitons des rencontres entre les dessinateurs et un large public, éditons des expositions thématiques proposant un regard critique et ironique sur la société. Enfin, nous publions des dessins  de presse, sous forme papiers et numériques.Outil au service de la liberté d’expression, Cartooning for peace est un forum, un lieu de rencontres, pour tous ceux qui récusent l’intolérance et toutes les formes de dogmatismes.
En savoir plus
cover
logo

Lire pour en Sortir

La réinsertion par la lecture
30 % des personnes qui rentrent en prison ne réussissent pas les tests de lecture dont la maîtrise est essentielle pour tout projet de réinsertion. 100 000 enfants ont un parent en prison. Seuls, 18.000 d’entre eux rencontrent leur parent en prison. La moitié de ces enfants a moins de 3 ans. Lire pour en Sortir, association de loi 1901 reconnue d’intérêt général, a pour ambition de placer la lecture et l’écriture au coeur du projet de réinsertion des personnes détenues (mineurs, femmes et hommes). Depuis 2014, elle fédère une large communauté d’écrivains, d’éditeurs, de libraires indépendantes et de bénévoles. Elle est parrainée depuis 2019 par Leila Slimani, auteure et prix Goncourt 2016. En 2021, elle est la seule association culturelle à agir en milieu carcéral à être labellisée dans le cadre de ll lecture, grande cause nationale. Les actions : Des programmes personnalisés de lecture avec un accompagnement humain en face à face : Le programme personnalisé de lecture : la personne détenue se voit offrir le livre qu’elle choisit dans un catalogue de lecture spécifiquement constitué. Le livre est acheté neuf chez un libraire indépendant et lui est offert. Elle est accompagnée toutes les semaines dans son parcours lecture par un bénévole. Au terme de sa lecture, la personne détenue rédige une fiche de lecture pouvant ainsi choisir un nouveau livre dans le catalogue Le programme Lire en Famille, destiné aux parents en détention qui rencontrent leur enfant au parloir. Le parent choisit un livre dans un catalogue de littérature jeunesse aidé par un bénévole qui le prépare au partage avec l’enfant lors de la visite au parloir. Au parloir, parent et enfant se réunissent autour du livre. Le parent offre le livre à son enfant qui repart avec chez lui. Ces deux programmes sont éligibles à des demandes de remise ou d’aménagement de peine. Des activités culturelles collectives autour du livre (rencontres littéraires, ateliers d’écriture, cercles de lecture à voix haute) Des activités culturelles à pratiquer en autonomie en cellule (concours annuel d’écriture…) Le développement l’offre de lecture au sein des bibliothèques pénitentiaires par la gestion directe de bibliothèques ou par des dons de livres neufs ou récents. Grâce à l’extension du bénéfice de réduction de peines supplémentaires aux activités culturelles depuis juillet 2014, Lire pour en Sortir, à l’initiative de la modification du code de procédure pénale, a initié un processus innovant de réinsertion culturelle des personnes détenues. Après les maisons de la culture, s’ouvrent les prisons de la culture. Distinctions : 2017 : Lauréate de la Fondation la France s’Engage. 2021 : Labellisation, lecture grande cause nationale.
En savoir plus